Message from Ms. Irina Bokova, Director-General of UNESCO, on the occasion of the International Day for Disaster Reduction

Ms. Irina Bokova, Director-General of UNESCO

Vulnerability to natural hazards is increasing to alarming rates, as their frequency intensifies, and exacerbated by rapid population growth and ageing populations. The 2014 International Day for Disaster Reduction is dedicated to older people, to their needs and to their contribution to better planning and understanding disaster risks in their communities.

We know well that age is a major factor for evacuation during emergencies. Older people are also more vulnerable than younger groups to injuries resulting from such weather extremes as heatwaves, storms and floods. It is projected that by 2050, people over the age of sixty will represent 22 percent of the world’s population, twice the current number. This is why we must start today to include the concerns of older people in all planning and preparations to mitigate the risks of disasters.

We must also listen more carefully to the voices of older people, whose contribution to tackling environment challenges is underestimated. Our elders are forces for resilience, thanks to their understanding of natural phenomena, including within traditional knowledge systems and those of indigenous people. This vast reservoir of knowledge can help in improving preparedness as well as in preventing disasters, thanks to the wisdom that older people can share about local phenomena. Mitigating the risks of disasters must build on local foundations, drawing on the views and needs of local communities, who are the first affected by natural disasters.

This was a key message that UNESCO sent at the 3rd International Conference on Small Island Developing States, held in Apia, Samoa, during the High-Level Event on Coping with and adapting to Ocean Threats for Resilient SIDS Communities. UNESCO is acting across all areas of its mandate and across the world to build a global culture of resilience for local communities. In Viet Nam, we have been working with media institutions to train journalists in producing written and broadcast material that highlights the vulnerability of older people, as well as women and children, during evacuation situations and calling for more inclusive prevention plans.

Resilience is more than simply recovery from adversity –- it must be about building stronger societies today to prepare for tomorrow. On this International Day for Disaster Reduction, I call on all Governments and all relevant actors to integrate older people in programmes and plans of disaster risk reduction, and to ensure the participation of local communities into all stages of planning. This is essential to lay the ground for a more sustainable world for all.

– – –

La résilience, c’est pour la vie
La vulnérabilité aux aléas naturels – de plus en plus fréquents – prend des proportions alarmantes et se trouve exacerbée par l’accélération de la croissance démographique et le vieillissement de la population. L’édition 2014 de la Journée internationale de la prévention des catastrophes est consacrée aux personnes âgées, à leurs besoins et à la contribution qu’elles apportent pour mieux planifier et comprendre les risques de catastrophe au sein de leur communauté.

Nous savons parfaitement que l’âge est un facteur important à prendre en considération lors des évacuations d’urgence. Les personnes âgées sont également plus vulnérables que les jeunes aux traumatismes causés par les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les tempêtes et les inondations. Selon les prévisions, d’ici 2050, les personnes de plus de soixante ans représenteront 22 % de la population mondiale, soit deux fois le nombre actuel. C’est pourquoi nous devons dès aujourd’hui commencer à prendre en compte les préoccupations des personnes âgées dans tous les exercices de planification et de préparation destinés à atténuer les risques de catastrophe.

Nous devons également prêter une oreille plus attentive au discours des personnes âgées, dont on sous-estime la contribution pour ce qui est de relever les défis liés à l’environnement. Nos aînés sont une force pour la résilience, notamment grâce à leur connaissance des phénomènes naturels, y compris à travers les savoirs traditionnels et ceux des populations autochtones. Cette somme de connaissances peut nous aider à mieux nous préparer, ainsi qu’à prévenir les catastrophes, grâce à la sagesse qu’ont acquis les anciens à propos des phénomènes locaux. L’atténuation des risques de catastrophe doit reposer sur des fondements locaux, en tenant compte des vues et des besoins des communautés locales, qui sont les premières touchées par les catastrophes naturelles.

Tel a été le principal message adressé par l’UNESCO à la 3e Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement, tenue à Apia (Samoa), dans le cadre de la manifestation de haut niveau intitulée Faire face et s’adapter aux menaces des océans pour des communautés résilientes dans les PEID. L’UNESCO agit dans tous ses domaines de compétence, et dans le monde entier, pour instaurer une culture de la résilience au sein des communautés locales. Au Viet Nam, nous collaborons avec les médias pour former les journalistes à la production de contenus écrits ou radiodiffusés qui mettent l’accent sur la vulnérabilité des personnes âgées, ainsi que des femmes et des enfants, lors des évacuations d’urgence et qui appellent à mettre en place des plans de prévention plus inclusifs.

La résilience va au-delà du simple fait de se relever d’une épreuve difficile – elle doit permettre d’édifier dès aujourd’hui des sociétés plus fortes pour demain. En cette Journée internationale de la prévention des catastrophes, j’invite tous les gouvernements, ainsi que l’ensemble des acteurs concernés, à prendre en considération les personnes âgées dans les plans et programmes de réduction des risques de catastrophe, et à faire en sorte que les communautés locales soient associées à chaque étape du processus de planification. Il s’agit là d’un aspect fondamental pour poser les bases d’un monde plus viable pour chacun.

By United Nations In Iran

 

The Iran Project is not responsible for the content of quoted articles.